A la découverte du Kin-ball, un sport pas comme les autres

Il existe de plus en plus de sports insolites autour du globe, et celui-ci n’est pas une exception. Voici un nouveau sport qui ne fait pas beaucoup parler de lui mais qui pourtant se répand de plus en plus sur le territoire français. Voici un petit aperçu de ce sport appelé le Kin-ball.

C’est un sport qui nous vient du Canada et qui fut crée en 1986 par un Québécois. C’est une discipline qui nécessite un ballon de 1,22 m de diamètre, trois équipes sur un petit terrain qui mesure l’équivalent d’un demi-terrain de handball. Pas de buts, pas de filets. Le principe : ne pas faire tomber le ballon au sol.

Les trois équipes sont composées de quatre joueurs par équipe et celle qui fait le service doit choisir une des deux autres équipes par sa couleur en criant « Omnikin » pour que celle-ci essaie de rattraper la balle. La première équipe doit donc essayer d’orienter le ballon stratégiquement sur le terrain de façon à rendre la réception du ballon difficile pour l’équipe adverse.

C’est un sport qui met en avant la solidarité et la coopération entres les joueurs. La taille du ballon force donc les joueurs à ne pas jouer perso et à s’entraider entres eux pour arriver à diriger le ballon. La balle a besoin d’être tenue par au moins trois joueurs pour que le quatrième membre de l’équipe tape dans le ballon pour le diriger vers un autre endroit sur le terrain.

C’est un sport surprenant qui comptait déjà plus de 300 licenciés il y a plus de dix ans et qui ne cesse de monter en côte. Il y a des règles strictes mais pourtant, les joueurs peuvent toucher le ballon de n’importe qu’elle façon et avec n’importe quelle partie de leur corps. Même si les joueurs ont l’air de s’amuser et de profiter du moment, cela reste un sport sérieux qui demande de la tactique et de la stratégie. Un sport pour les méninges et pour les muscles, que demander de plus ?