L’essentiel à comprendre sur le jeûne intermittent

Le jeûne intermittent est un régime à la mode chez les célébrités depuis un certain temps déjà, et de nombreuses personnes y adhèrent. Cependant, ce type de régime ne convient pas à tout le monde, car il s’agit avant tout d’un jeûne, même si celui-ci est d’une durée déterminée. Bien que vous connaissiez probablement les bases du jeûne, vous ne savez peut-être pas ce que signifie le régime intermittent sans nourriture. Voici donc les bases à comprendre et à connaître sur le jeûne intermittent…

Qu’est-ce que c’est ?

Le jeûne intermittent est un type de jeûne qui n’est pas un régime à part entière, c’est une pratique qui peut mener à diverses fins… et à diverses faims, aussi.

Advertisements
Advertisements

Également connu sous le nom d’alimentation limitée dans le temps et de restriction intermittente de l’énergie, le terme « jeûne intermittent » fait référence à divers horaires de repas qui alternent entre le jeûne et l’alimentation sur une période donnée. Un spécialiste du nom de Robb Wolf affirme qu’un jeûne intermittent consiste à s’abstenir de manger pendant 36 heures ou moins, bien qu’il souligne également que cette détermination est quelque peu arbitraire. En somme, le jeûne intermittent est un mode d’alimentation qui se déroule en cycles entre les périodes de jeûne et de repas et il est actuellement très populaire dans le milieu de la santé et du sport.

Quels sont les bénéfices pour la santé ?

D’après quelques études, il semble que le jeûne quotidien soit à peu près aussi efficace qu’un régime hypocalorique classique pour perdre du poids. Cela semble raisonnable, car réduire le nombre de calories consommées devrait aider à perdre du poids.

Cependant, il existe d’autres avantages quant à cette pratique… Si l’on se fie aux dires de certains nutritionnistes, le jeûne intermittent peut améliorer votre santé. Déjà, perdre du poids et être physiquement actif contribuent à réduire le risque de maladies liées à l’obésité, telles que le diabète, l’apnée du sommeil et certains types de cancer. Si l’on considère ces maladies, le jeûne intermittent semble être à peu près aussi bénéfique que tout autre type de régime alimentaire qui réduit le nombre total de calories. D’ailleurs, suivant certaines recherches, le jeûne intermittent pourrait être plus bénéfique que d’autres régimes alimentaires pour réduire l’inflammation et améliorer les conditions associées à l’inflammation comme la maladie d’Alzheimer, l’arthrite, l’asthme, la sclérose en plaques ou même l’AVC.

Quels sont les effets néfastes de cette pratique ?

Il est important de noter que le jeûne intermittent peut avoir des effets secondaires désagréables, comme toutes les autres pratiques de ce type d’ailleurs. La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de les gérer…

Les effets secondaires de cette pratique disparaissent généralement en un mois, voire même en deux semaines. En général, les effets secondaires peuvent comprendre une mauvaise gestion de la faim, la fatigue, l’insomnie, les nausées et les maux de tête. En outre, le jeûne intermittent est sûr pour la majorité des gens, mais il ne l’est pas pour tout le monde. En effet, sauter des repas n’est peut-être pas la meilleure façon de gérer son poids si l’on est enceinte ou si l’on allaite. Donc, si vous souffrez de calculs rénaux, de reflux gastro-œsophagien, de diabète ou d’autres problèmes médicaux, consultez votre médecin avant de commencer un jeûne intermittent ou trouvez une autre méthode pour gérer votre poids.

Comment faire le jeûne intermittent ?

La méthode la plus connue lorsqu’on parle du jeûne intermittent est celle du 16/8. Bien évidemment, il y en a d’autres, mais celle-ci est celle qui donne le plus de résultats.

Cette méthode consiste à jeûner quotidiennement pendant 14 à 16 heures et à limiter la période d’alimentation quotidienne à 8-10 heures. Lorsque vous atteignez cette durée, vous pouvez manger deux, trois repas ou plus. Cette méthode est également connue sous le nom de protocole Leangains et a été popularisée par l’expert en fitness Martin Berkhan. Si nous décrivons la méthode de la manière la plus simple, elle consiste à ne rien manger après le dîner et à sauter le petit-déjeuner.

Concrètement, si vous terminez votre dernier repas à 20 heures et que vous ne mangez pas avant midi le lendemain, vous êtes techniquement à jeun pendant 16 heures. Il est généralement recommandé aux personnes qui ont des gênes féminines de ne jeûner que pendant 14 à 15 heures. En outre, pour ceux qui ont faim le matin et qui aiment prendre leur petit déjeuner, cette méthode peut être difficile à adopter au début. Cependant, de nombreux petits déjeuners sont instinctivement pris de cette façon. Vous pouvez boire de l’eau, du café et d’autres boissons à zéro calorie pendant le jeûne, ce qui peut aider à réduire la sensation de faim.

Il est très important de manger principalement des aliments sains pendant votre fenêtre de repas. Notez que cette méthode ne fonctionnera pas si vous ne faites pas attention à ce que vous consommerez durant le temps où vous pourrez manger.

En somme, cette pratique peut être considérée comme étant un outil de perte de poids qui fonctionne pour beaucoup de personnes, mais pas pour tout le monde. Certains nutritionnistes et professionnels de la santé pensent que le jeûne intermittent n’est pas aussi bénéfique pour les femmes que pour les hommes. En outre, il n’est pas non plus recommandé aux personnes qui ont des troubles alimentaires ou qui y sont prédisposées. Ainsi, si vous décidez d’essayer le jeûne intermittent, n’oubliez pas que la qualité du régime alimentaire est cruciale. Comprenez par là qu’il n’est pas possible de choisir les junk food durant les fenêtres de repas et de s’attendre à perdre du poids et à améliorer sa santé par la suite.

Advertisements