La note de ce passager dans les toilettes a confirmé les soupçons de l’hôtesse de l’air

Wo a poursuivi: «Souvent, les trafiquants d’autres pays acheminent des personnes de leur propre pays. Si vous êtes un trafiquant philippin, vous allez faire venir des femmes philippines travailler dans votre maison de retraite ou votre salon de manucure. »

Advertisements
Advertisements
De plus, la prestataire de soins aux victimes Ambria, qui n’a pas révélé son nom de famille, a déclaré à Redwood Bark que San Francisco avait une situation économique unique, ce qui en fait un centre de traite des êtres humains. Il y a peut-être trop de failles dans le système de cette ville qui explique que les trafiquants arrivent à s’adonner à cette activité sans avoir peur des autorités locales.
Advertisements
Advertisements