Education positive : 6 astuces pour être bienveillant sans être laxiste

Advertisements
Advertisements

Comment être des parents rassurants et non laxistes ? La coach en approches éducatives positives, formatrice et auteur Charlotte Uvira divulgue ses conseils se concernant.

Certains parents confondent l’éducation positive à une attitude permissive. Il faut passer outre cette croyance, comme le souligne Charlotte Uvira dans son livre Parentalité Affirmée : et si le capitaine du navire familial, c’était vous ?

Être parents ce n’est pas toujours faire dans la dentelle. L’éducation d’un enfant vise notamment à l’accompagner à travers les années pour qu’il puisse s’épanouir en tant qu’individu. Il est nécessaire de faire découvrir à un enfant le sens de la responsabilité, et sa place dans la société. L’enfant doit également recevoir une bonne éducation civique.

Évoquer ces principes peut être assez facile. Pour ce qui en est de leur application, il y va d’une autre histoire. Dans l’optique d’aider les parents dans ce programme de l’éducation positive, Charlotte Uvira propose les 6 conseils suivants :

1. Être confiant

Vous devez accompagner votre enfant au fil des années. Pour éviter les faux pas, vous devez être confiant, être clair envers vous-même. Pour aider son enfant à bien grandir, il est primordial d’être au clair avec soi-même.

Vous devez donc prendre soin de vous et vous responsabilisez. Définissez vos priorités, prenez connaissance de vos valeurs. En outre, définissez les principes, que vous voulez transmettre à vos enfants.

Sachez simplement que si vous n’êtes pas assez confiant envers vous-même, si vous n’arrivez pas à voir vos limites, vous ne pourriez pas vous affirmer devant vos enfants.

2. Savoir tout de son enfant

Les parents ont tendance à imposer une éducation standardisée à leurs enfants. Ils ne prennent pas connaissance des vrais besoins de l’enfant. Si l’on veut bien éduquer un enfant, on doit pourtant se pencher sur toutes les facettes de sa personnalité.

Déjà, vous pouvez vous renseigner sur les besoins fondamentaux d’un enfant selon son âge. Vous pouvez également vous renseigner sur le développement d’un enfant. Aussi, apprenez à détecter les tâches et les activités que vous pouvez octroyer à votre enfant.

Pour que votre enfant puisse se sentir utile, mais aussi pour le responsabiliser, vous pouvez par exemple l’inciter à participer aux tâches quotidiennes du foyer. Il ne faut pas lui en confier plus qu’il ne peut toutefois. Pensez à le faire participer graduellement à la vie de famille dès l’âge où il pourra le faire. De la sorte, votre enfant comprendra que vous lui faites confiance et que vous le respectez.

3. Être une oreille attentive

Il est nécessaire d’écouter son enfant. Un parent doit être attentionné vis-à-vis des agissements d’un enfant. Il faut prêter attention aux demandes de l’enfant et ne pas y répondre comme le ferait un automate.

Exprimer leurs demandes clairement n’est pas encore du ressort des enfants. Les parents doivent ainsi éviter les fausses interprétation et doivent apprendre à analyser ces demandes de fond en comble.  Par exemple, si l’enfant réagit de sorte à se faire remarquer au moment où ses parents sont occupés, il ne veut pas les embêter. Dans ce genre de situation, il y a simplement d’une envie d’être dorloté ou écouté. Oui, quand l’enfant agit de la sorte, il veut surtout que l’on soit plus attentif vis-à-vis de lui.

Si vous voulez que votre enfant vous écoute, vous devez également apprendre à l’écouter. Attention, ceci ne signifie pas que vous allez céder au moindre de ses caprices. Pour ne pas le décevoir mais aussi pour vous affirmer face à lui, faites des compromis et fixez des limites.

4. Délimiter les règles 

Les enfants ont besoin de suivre des règles. Pour que ces dernières puissent fonctionner, il faudra les noter. Dans le rapport écrit de ces règles, il ne faut pas uniquement mentionner les enfants. Tous les membres de la famille doivent figurer dans le tableau.

Vous êtes tenu d’instaurer ces règles pour permettre à chacun de vos enfants de considérer naturellement les limites qu’ils ne doivent pas dépasser. Toutefois, ne criblez pas votre tableau des règles avec les détails. Il n’est pas exemple pas nécessaire d’y mentionner l’interdiction des sucreries avant de manger.

Ainsi, dans « ce cadre de fonctionnement », vous allez plutôt écrire les règles de vie primordiales telles que :  l’importance du respect, la contribution dans les tâches quotidiennes du foyer, le fait d’être généreux ou l’importance de se soutenir mutuellement.

Si votre enfant enfreint les règles, évitez de le blâmer de suite. Il faut de la communication pour établir la responsabilisation entre les deux parties. Donc, prenez le temps de vous poser les bonnes questions avant d’agir. Ensuite, agissez dans le bon sens et surtout, évoquez souvent les règles instaurées pour qu’elles puissent être respectées par l’enfant.

5. Apprendre son enfant à être plus autonome

Un enfant apprend à être plus autonome quand il participe aux tâches quotidiennes à la maison.

Certainement, nombreux sont les parents qui croient qu’il faut attendre qu’il arrive à un certain âge avant de responsabiliser l’enfant. Pourtant, vous devez savoir que dès même que votre enfant balbutie quelques mots et dès qu’il est capable de bien se déplacer avec ses deux jambes, il peut déjà assurer quelques tâches. Il peut par exemple mettre son assiette dans l’évier ou sur la paillasse ou encore essuyer la table  où il a pris son repas.

Pour responsabiliser l’enfant, il faut également entretenir avec lui des conversations qui lui permettent de se sentir considéré. N’ayez surtout pas peur de parler des sujets de conversation que vous pourriez juger délicats. Si votre enfant vous pose une question qui vous dérange à un moment, n’ayez pas peur d’y répondre ! Les enfants ne posent les questions que lorsqu’ils sont prêts d’entendre les réponses exactes.

Lors de ces moments d’entretien, vous pouvez transmettre différentes valeurs à votre enfant, dont les valeurs sociales, individuelles ou encore familiales.

6. Être calme et patient vis-à-vis de son enfant

Lors de ces moments où vous êtes « sur les nerfs », votre enfant pourrait vous solliciter. Vous pourriez ainsi perdre votre calme mais avant d’agir, vous devez vous rappeler que votre enfant n’a pas provoqué cette situation qui vous dérrange.

A vrai dire, le plus souvent, vous vous sentez mal à cause de la société au sein de laquelle vous avez évolué. En d’autres termes, vos choix de vie ou votre éducation ne vous ont pas laissé la chance d’apprendre à gérer vos émotions correctement.

Vous pouvez d’ailleurs suivre des ateliers et des coaching si vous voulez dépasser ces phases de mal être. De la sorte, vous allez pouvoir reprendre la gestion de vos émotions en main, et apprendre à reconnaitre vos limites.  Vous auriez ainsi plus de détermination vis-à-vis de l’éducation de vos enfants. Aussi, vous allez pouvoir vous affirmer sans avoir à passer par les chantages, les mots menaçants ou en humiliants.

Pour bien éduquer votre enfant, vous devez en effet vous faire obéir sans avoir à vous énerver. Pour y arriver chers parents, soyez patients et tenaces.

Pour finir, on tient à exprimer notre gratitude à Charlotte Uvira, pour avoir écrit Parentalité Affirmée : et si le capitaine du navire familial, c’était vous ?

Advertisements