Comment les start-up préparent la ville de demain

Le futur de nos villes et de nos campagnes sera souligné par un nouveau paysage technologique. Les batteries à autonomie optimisée, les moyens de transport révolutionnaires et les robots en tout genre vont certainement faire intégralement partie de nos futurs modes de vie.

Advertisements
Advertisements

On ne parle plus que de la ville intelligente, aussi appelée « smart city » depuis quelques temps. Toutefois, on n’arrive pas encore à bien imaginer les étapes de la réalisation de cette ville idéale. Pourtant, le projet tient réellement la route. Actuellement, armées des différents types d’innovation technologique, les start-ups les plus ambitieuses s’attèlent à sa réalisation. Nous allons donc vous dévoiler quelques uns de ces entrepreneurs ambitieux dans ce récit.

PowerUp, vivement les batteries à large autonomie

Il faudra des batteries qui pourront tenir plus de 50 % de leur charge après un mois d’utilisation pour faire une vraie ville intelligente. En effet, pour permettre aux différents robots et gadgets de fonctionnement de la ville du futur de fonctionner, il faudra miser sur les batteries à longue durée. C’est donc à la start-up PowerUp de proposer cette innovation. Pour cela, les ingénieurs de la strat-up comptent multiplier en deux la durée de vie des batteries lithium-ion. La majorité des gadgets nomades et autonomes de la ville intelligente vont en effet être équipés de batteries li-ion.

Voici la déclaration de Josselin Priour, PDG de PowerUp se concernant : “En étudiant les modes de vieillissement des batteries, nous avons compris les différents phénomènes de dégradation et avons établi des stratégies pour prolonger leur utilisation et connaître leur véritable durée de vie…., Car savoir qu’une batterie est à 50% de sa charge sans connaître sa véritable autonomie n’a aucun intérêt, cela peut même se révéler contre-productif”.

Josselin Priour a déclaré que dans ce projet d’optimisation de l’autonomie des batteries, la start-up  utilise des systèmes de charge taillés à différents facteurs influents comme l’utilisation de l’équipement, la température de l’environnement où l’équipement est utilisé, la nature de l’énergie de chargement, etc. D’ailleurs, la start up œuvre actuellement en partenariat Enedis, Legrand, Orange et la SNCF, pour la réalisation de quelques projets.

A cette vision révolutionnaire s’ajoute un bonus réservé aux entreprises. Ces dernières pourront en effet vérifier le bon fonctionnement de leurs parcs de batteries avec PowerUp. PowerUp n’est autre qu’une intelligence artificielle qui va collecter les données relatives aux batteries de l’entreprise. Ce système sera certainement indispensable dans la gestion des villes et ou encore des réseaux de transports en commun.

HySiLabs, l’énergie à l’hydrogène bientôt maitrisée

Tous ceux qui font leur recherche en matière d’énergie renouvelable savent qu’on a de l’espoir à placer dans l’hydrogène. En effet, grâce à cette énergie, les bilans carbone du futur vont être moins lourds. Toutefois, les moyens de stockage ainsi que les manières à adopter pour bien transporter l’hydrogène sont encore assez difficiles à trouver. Aujourd’hui,  HySiLabs propose le vecteur liquide d’hydrogène. La découverte s’est faites par pur hasard et on le doit à des chercheurs de l’université d’Aix-Marseille.

Certainement, cette découverte révolutionnaire va grandement affecter le monde du transport d’énergie. Pierre-Emmanuel Casanova, fondateur d’HySiLabs, âgé de 30 ans a déclaré que le plus difficile avec l’hydrogène, est sa forme gazeuse assez difficile à transporter. Cependant, lui et son équipe ont découvert un moyen révolutionnaire consistant à charger et décharger un liquide en hydrogène. Par conséquent, il est aujourd’hui possible de transporter sept fois plus d’hydrogène, donc, on utilisera moins de camions ou de bateaux (moins de CO2). De plus, l’étape de la livraison se fera avec plus d’efficacité.

Pour résumer la situation, voici l’affirmation de Pierre-Emmanuel Casanova : “Avec cette solution, il sera désormais possible d’alimenter massivement, facilement et écologiquement les villes du futur en énergie, notamment avec de l’énergie produite à l’autre bout du monde. Sans oublier une réelle possibilité de remplacer enfin les carburants fossiles par l’hydrogène.”  On est certainement sur la bonne voie!

Vitirover, les robots des vignobles

Tout comme la smart city, la smart campagne est bien charmant. Aujourd’hui, la smart campagne est aussi sur la bonne voie grâce à Vitirover. La start-up précurseur de cette révolution se trouve dans le vignoble de Saint-Emilion. Ses fondateurs proviennent d’ailleurs d’une lignée de  viticulteurs. Ces derniers ont inventé les vignerons qui peuvent remplacer les gros engins tels que tracteur.

Au responsable des objets connectés chez Vitirover analyse Clément Sanquer, ingénieur en robotique de déclarer: « Plutôt que d’utiliser une grosse machine très énergivore ou l’épandage d’un produit chimique, nous proposons de déployer un groupe de petites machines très économes et fonctionnant à l’énergie solaire. D’une certaine manière, on revient à la technique ancestrale du lâcher de moutons pour tondre l’herbe”.

Attention, ces robots de Vitirover ne sont pas comparables aux appareils de jardinage ordinaires. Ils travaillent comme un petit troupeau d’animaux intelligents et curieux. Plus clairement, ils communiquent entre eux. Ils ont été inventé pour s’organiser entre eux. Ainsi, chaque robot est apte à couvrir sa zone de travail et à effectuer des tâches régulières. Si l’un des robots tombe en panne, les autres peuvent prendre le relais.

En plus de cela, grâce à leur conception robuste et compacte, ils peuvent assurer le travail sur toute sorte de surface. D’ailleurs, dans un futur très proche, ils vont assurer l’entretien des bordures de voies SNCF et les terrains non entretenus qui se trouvent dans les postes de transformateurs électriques hautes et moyennes tensions non accessibles par de simples techniciens.

Outre, voici la déclaration Clément Sanquer sur ces robots : “Ce sont des machines résistantes à la panne, écologiques, affranchies du branchement et contrôlables à distance, leurs applications potentielles sont donc nombreuses”. D’ailleurs, il estime que ces robots ne sont qu’un début. Les agriculteurs de la France entière attendent donc avec impatience la venue des nouveaux produits Vitirover.

Advertisements
Advertisements