Agée de 74 ans, Jacqueline Jencquel a fixé la date de sa mort !

Après avoir annoncé le jour de sa mort en parlant de son état d’âme et justifiant sa volonté de mourir dans une vidéo, Jacqueline Jencquel, 74 ans, a choqué une grande partie des internautes et a déclenché ce week-end des milliers de réactions. Ne souffrant d’aucune maladie incurable ou dégénérative, cette dame souhaite bénéficier de ce qu’on appelle « l’interruption volontaire de vieillesse » en Suisse en janvier 2020.

Jacqueline Jencquel est une femme Française qui milite depuis 10 ans pour le droit de mourir volontairement et avec dignité. Elle demande que la législation française change et autorise le suicide assisté. Elle est connue d’avoir accompagné des dizaines de Français dans leurs procédures pour obtenir un suicide assisté en Suisse. Mais dans son cas, Jacqueline Jencquel a décidé de fixer la date de sa mort dès maintenant.

Pourquoi une telle décision ?

Selon elle, c’est mieux pour se débarrasser de la peur de devenir prisonnière de son corps, surmédicalisée et impuissante face à la vieillesse qui progresse jour après jour. Pas question pour elle d’attendre le jour où la voix d’une infirmière lui murmure à son réveil dans un mouroir.

Elle explique dans sa vidéo qu’elle ne veut pas vivre dans la souffrance et la maladie : « Quand on est vieux, on n’est jamais en pleine forme. Jamais. On est plus ou moins bien, mais on a des trucs. J’ai la trouille, parce que j’ai un AVC, j’ai un truc, j’atterris dans un hôpital en France, tout ce qu’on me propose, c’est la sédation profonde et terminale jusqu’à la mort. Ça veut dire que je serai là, comme un légume pendant quatre semaines jusqu’à ce que j’ai le droit de mourir ? Bah non ! »

Courage d’affronter la mort ou égoïsme ?

Les avis des internautes diffèrent. Certains considèrent que c’est un témoignage difficile à entendre, mais tellement humain. D’autres disent que c’est une décision qui contrarie le destin, un choix cynique et de l’égoïsme.Car sans raison majeure, la vie doit être vécue comme elle est. Nous pouvons dire que la mort reste un sujet tabou pour certains.

D’autres internautes considèrent le fait de devancer sa mort est un choix personnel et intime, mais elle n’a pas besoin de le médiatiser. Pourtant, c’est là où réside tout l’enjeu de ce témoignage hors du commun ! En bénéficiant de l’interruption volontaire de vieillesse, Jacqueline Jencquel compte jouer un rôle de porte-voix de cette cause et militer pour la légalisation du suicide assisté. En relevant le sujet de l’imprévisibilité de la vie, elle ouvre un dilemme éthique, moral et légal sans fond.